The Doors of Perception followed by Heaven and Hell. Aldous Huxley

Publié le par Tactile

The Doors of Perception followed by Heaven and Hell. Aldous Huxley

Après une longue quête pour trouver cet ouvrage, c'est finalement à Byron Bay, ville hippie-hipster que j'ai pu finalement mettre la main dessus. L'attente et le désir de tourner les premières pages m'ont comblé tant Aldous Huxley présente avec brio son expérience scientifique sur la mescaline.

Se mettant lui-même en scène dans la peau du cobaye, il ingère alors une dose de mescaline, puissant psychotrope lors de plusieurs séances. Accompagné de sa femme et encadré de son meilleur ami (psychiatre qui le recentre lors de ses égarements), il enregistre alors les échanges qu'ils ont et les impressions qu'il en retire. L'étude est étayée d'exemples scientifiques, artistiques, historiques et de sa propre perception analysée à postériori.

"We can pool information about experiences, but never the experiences themselves. From family to nation, every human group is a society of island universes."

Aldous nous présente alors son concept de "cerebral reducing valve". Selon lui, la fonction du système nerveux et cérébral est d'éliminer et non de créer. En gros, le cerveau ferme les portes de la pensée à une masse d'information jugée inutile à la survie du corps. Le langage est limité à un outil factuel et pratique qui réduit la qualité de conscience.

"The function of the brain and nervous system is to protect us from being overwhelmed and confused by this mass of largely useless and irrelevant knowledge, by shutting out most of what we should otherwise perceive or remember at any moment, and leaving only that very small and special selection which is likely to be practically useful."

Sous mescaline la "cerebral reducing valve" s'élargit libérant alors les perceptions cognitives qui affluent librement dans le cerveau. Cet état de conscience, Huxley le rapproche de la sensibilité artistique et parle de nombreux tableaux de Géricault, Rembrandt, Vuillard, Van Gogh ou Monet en expliquant que ces artistes ont tout simplement une valve plus large qui laisse passer plus de perceptions. Cela se ressent dans leurs oeuvres, notamment au travers des couleurs vives, de l'aplanissement des champs de vision, de l'insubordination à la vision, et du retour à l'innocence du regard éloignée du joug du savoir.

Bien que dangereuse pour les personnes sujettes à la schizophrénie, l'auteur vante les bienfaits de la mescaline à travers ce besoin universel d'évasion.

"Most men and women lead lives at the worst so painful, at the best so monotonous, poor and limited that the urge to escape, the longing to transcend themselves if only for a few moments, is and has always been one of the principal appetites of the soul."

"But the man who comes back through the Door in the Wall will never be quiet the same as the man who went out. He will be wiser but less cocksure, happier but less self-satisfied, humbler in acknowledging his ignorance yet better equipped to understand the relationship of words to things, of systematic reasoning to the unfathomable Mystery which it tries, forever vainly, to comprehend."

A travers cette oeuvre magistrale, écrite de manière scientifique, Aldous Huxley lie le cerveau et l'imaginaire, la chimie et l'art. C'est un pas énorme dans la compréhension de notre conscience et de ce qui en découle. Pas étonnant que Jim Morison ai nommé son groupe The Doors après ce chef d'oeuvre.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article