La jambe gauche de Joe Strummer. Caryl Férey

Publié le par Tactile

Encore un Caryl Férey avalé avec la patience d’un obèse en cure minceur. Désolé je n’ai pas prit pas de notes, pas de citations, rien pour agrémenter cet article et encore moins envie de vous parler de son contenu puisqu’au final c’est du Férey et que ce nom devrait suffire.

 

Court synopsis, ce livre est la seconde enquête de Mc Cash (Plutôt crever), un flic irlandais, transfuge français, borgne, ex-IRA qui a la finesse d’un Panzer lâché dans une pente à 60° couverte de mines. Au début de l’histoire Mc Cash, ou le Borgne, vu qu’il n’est affublé d’aucun autre nom, apprend qu’il a engendré une fille. Il plaque tout et part à sa rencontre se sachant à l’aube d’une mort douloureuse.

 

Le personnage est absolument délicieux. On sent la violence et la haine qu’il promène en guise de Chanel N5 autour de lui ; pour les autres autant que pour lui-même. Un agité alcoolique, un fonfon du tarpé, un gars qui prend des raccourcis et qui arrive à point, quand bien même écorché aux entournures. Le reste de l’histoire : peu importe. Ca parle de voyous en cols blancs, de meurtres, de cul.

 

Maintenant me direz-vous, quel est le rapport avec Joe Strummer ? Là, je pense juste qu’en choisissant ce titre, Férey s’est trouvé à court d’inspiration et a voulu donner une profondeur rebelle à son personnage ; si jamais un des lecteurs n’avait pas perçu la radicalité de Mc Cash. Mc Cash, Clash, Strummer, un peu facile non ? Quelques redondances pour distiller des piques envers la Thatcher et hop on retrouve la plume radicale de Férey.

 

Au final c’est un bon polar, sûrement pas à la hauteur de Zulu ou de Mapuche mais Férey a un don certain pour dépeindre les personnages, attention juste à pas trop noircir le trait...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article